Logo AREF
ECSE
ABC Educ
SGBF SSRE
UHA
ULP
Nancy 2
Action, acte et activité, révélateurs du sujet, et d’un espace fondateur pour une pédagogie


TAURISSON Alain


On peut avoir l’impression que la pédagogie disparaît inexorablement pour laisser la place à la didactique, aux sciences de l’éducation quand ce n’est pas à des instructions ou des directives qui tendent à faire de l’enseignant un exécutant et réduisent l’élève à son devoir d’apprendre. Est-il possible de sortir d’un schéma aussi réducteur ?
Cela nous semble difficile sans prendre en compte la conscience de l’élève, c’est-à-dire son intériorité aux prises avec le réel. Le domaine de la pédagogie nous semble donc être cette forme de conscience qui constitue une structure pour l’action. Ou plutôt pour l’acte.
Nous distinguerons l’action et l’acte, moment où le sujet rencontre une réalité qui n’est pas en lui. L’acte, avec sa prise de risque, induit et révèle une pensée inventive, tournée vers une finalité, demandant du savoir faire, faisant appel à l’expérience, pensée qui questionne, interpelle et constitue.
Une pédagogie de l’acte est-elle possible ? Nous avons expérimenté un prototype d’une telle pédagogie, fondée sur l’idée d’activité formulée par Leontiev et Engeström, et dont on donnera les grandes lignes. Ce prototype a fait l’objet d’un doctorat (Lyon 2, sciences de l’éducation)



Voir le texte complet           Page précedente