Logo AREF
ECSE
ABC Educ
SGBF SSRE
UHA
ULP
Nancy 2
Les sciences de l’éducation, constitutives de l’émergence de l’Etat enseignant en Suisse (1870-1950), à la croisée de configurations contrastées


HOFSTETTER Rita, SCHNEUWLY Bernard Schneuwly


C’est dans un même mouvement que se mettent en place, en Suisse comme dans maints Etats occidentaux, les systèmes scolaires modernes, un réseau dense de professionnels de l’éducation et un nouveau champ disciplinaire ayant pour objet les phénomènes éducatifs. Alors que le paysage des hautes écoles se redéfinit et que les sciences sociales s’institutionnalisent, on assiste au tournant des 19e et 20e siècles, à l’émergence des sciences de l’éducation comme nouvelle discipline académique. Elles conquièrent non sans controverses leurs assises universitaires durant le 20e siècle, moyennant cours, diplômes, chaires, laboratoires, instituts, réseaux de communication. Sur la base d’une méthodologie sociohistorique empirique, la contribution présente les ressorts de ce processus en Suisse, pays à la confluence de traditions culturelles différentes, en fonction de trois points de vue: le conditionnement du processus par la «république», en particulier les demandes sociales d’ordre professionnel et politico-administratif ; les tensions entre local/régional et visée universelle qui en découlent ; les configurations contrastées auxquels aboutit le processus en fonction des contextes historiques et culturels référés à des traditions académiques contrastées. En toile de fond se trouve la question de l’«autonomie» d’un champ disciplinaire ayant pour objet un phénomène – l’éducation – si investi socialement, d’autant que l’école demeure couramment considérée comme le lieu où se joue le devenir de la «res publica».


Voir le texte complet           Page précedente